6.9.05

TOUR DE LA TULE - Lac du Mt Charvin 5h 900m

5 septembre 2005 – Toutes les conditions sont réunies pour une belle balade. Aujourd’hui, nous avons choisi de faire le Tour de La Tulle et de rejoindre le lac du Mont-Charvin. 5 heures de plaisir au milieu des alpages ! Un dénivelé de 900 m en plusieurs morceaux et en prime d’arrivée un petit lac comme on les aime dans nos pays de Savoie.

Nous voilà donc partis du Bouchet-Mont-Charvin ou plus exactement de la fin de la route forestière après le lieu dit la Savattaz. (Pour moi une savate c’est une chaussure, alors si quelqu’un peut nous expliquer pourquoi ce lien porte ce nom… ). Contrairement à la grande majorité des randonneurs qui partent pour le Mt Charvin, nous choisissons de passer par les Fontanettes (restaurant) avant de rejoindre l’alpage de « sur le Freu ». L’auteur du petit guide que nous utilisons semble s’être laissé séduire par l’ambiance du lieu. Il fait référence à des marmottes qui semblent déjà s’être endormies. Mais en revanche, nous avons le plaisir d’observer une belette sauter d’un trou de terrier à un autre comme une gamine qui joue à la marelle.

Attention à la descente du passage de sur le Freu. Ce n’est que 150m, mais dans un espèce de chemin qui emprunte de temps en temps le lit d’un ruisseau qui doit couler à la verticale en cas de pluie. Le passage est équipé de câbles, mais mieux vaut y passer par temps sec. Une fois dans la combe du fier nous rejoignons le chemin jeepable du vallon du fier qui nous conduit jusqu’au lac du Mt Charvin (2011m). Durant toute la montée, nous sommes face à cette masse de lapiaz tordue par la nature pour former un sandwich multicouches et surtout le Mont-Charvin (2409m). N’oubliez pas d’aller jeter un coup d’œil sur la chaîne du Mt Blanc depuis l’arrête qui se trouve à quelques centaines de mètres du lac.

Pour le retour, après avoir fait 5 ’ de marche sur le sentier de montée, nous obliquons à gauche pour rejoindre le col des Porthet (2072m). Col qui nous ouvre la porte de l’immense vallon de Marlens. Après avoir longé la crête, bifurquez à gauche. Vous croiserez certainement des randonneurs qui reviennent du sommet du Charvin. Vous pourrez vous arrêter pour une bière (pas très fraîche !) au chalet du Haut-Marlens avant de rejoindre les Fontanettes et votre voiture.

2.9.05

Tour du Mont-Blanc – J7 Champex-le-Lac – Ferme de Bovine – Col de la Forclaz

14 juillet – Nous sommes en Suisse, alors pas de jour férié… La troupe c’est agrandie pour cette dernière étape. Une famille de plus avec deux enfants est venue nous rejoindre. De plus, nous avons considérablement allégé nos sacs, une voiture étant rentrée à Chamonix hier soir. Nous nous sentons beaucoup plus légers. Mon sac ne doit pas faire plus de 7 Kg. Et puis on commence par de la descente, que demander de plus ! Ceci d’autant que le chemin se faufile dans un sous-bois parsemé de chalets d’une remarquable beauté entre Champex d’en Haut et Champex d’en Bas. Les discussions vont bon train. Les ados affinent le grand projet qu’ils ont pour la fin août. (Mais ça, c’est une histoire qui a aussi son blog pour elle seule). La petite famille prend le rythme et les enfants en particulier, gambadent comme des petits chamois en avril. Enfin… jusqu’au pied de la montée de « La Jure ». Car pour une dernière montée, elle est plutôt raide. 300 m de dénivelé heureusement à l’abri de la forêt. A la sortie, nous découvrons non seulement un pâturage de toute beauté, mais également une vue magnifique sur le Valais.

Nous marchons ainsi une vingtaine de minutes pour atteindre les fermes de Bovine (buvette et petite restauration), que nous laissons pour pique-niquer un peu plus haut à Portalo (2049m). Aujourd’hui, c’est Byzance ! Les derniers arrivés avaient prévu un festin avec des petits plats cuisinés et des provisions copieuses.

Les 500m derniers mètres de descente en direction du Col de la Forclaz se au rythme de chacun. Je me laisse « rouler » dans la pente avec les petits chamois, alors que les autres adultes prennent le temps de tailler une bavette savourant les derniers instants de ce Tour du Mont-Blanc.

Nous retrouvons donc Chamonix et la civilisation après 7 jours de marche. Un parcours je compte bien refaire d’ici quelques années.

1.9.05

Tour du Mont-Blanc – J6 Refuge Elena – La Fouly – Champex-le-Lac

13 juillet - 8TMB -Arrivée au Grand Col Ferreth - Le panneau à côté du refuge Elena nous indique 2H10 de montée sur un mur en guise de mise en jambe ce matin ! Rien de bien réjouissant. Bref, nous prenons notre courage à deux pieds et adoptons un pas de sénateur pour rejoindre le Grand Col Ferret (2537m), première étape de la journée. En fait, le sentier largement damé par les sabots des mules se monte bien. Mon cardiomètre à bien frôler les maximums (150 après je laisse descendre le rythme cardiaque ! mais pour vous cela dépend de votre âge et de votre entraînement.). Mais l’agréable surprise fut de trouver les seconds panneaux, ceux indiquant le passage de la frontière suisse et par là même le Grand Col Ferret à 9h10 soit 90’ minutes après notre départ. Nous restons donc dans la norme des randonneurs moyens avec 300m de dénivelé à l’heure (pour être précis dans ce cas :316m). Ceci nous laisse penser que les marques ont été faites soit pour valoriser l’effort des touristes de passage, soit pour garder la clientèle au bar du Refuge !

Notre petit guide de la Fédération Française de Randonnée, nous précise que nous marchons sur les traces de nos antiques ancêtres puisque ce passage est connu depuis cette lointaine époque. Depuis, je ne serai pas surpris d’apprendre que des passeurs de tout poil aient également traficoté entre le Valais et le Val d’Aoste par cette voie.
Mule sur le TMP
Nous voilà donc, en Suisse et je ne sais pas si l’air y est plus pur ou si c’est la perspective d’une arrivée proche j’ai l’impression que ma forme est meilleure que les autres jours. Au cours de la descente, on croise une nouvelle et dernière fois un groupe avec des mules pour transporter leurs bagages. Une expérience sûrement à mettre à profit si vous avez des enfants ou des épaules faiblardes.

Par dignité, nous n’avons pas immortalisé notre séquence humilité, mais je dois dire que j’ai pris une leçon en croisant deux VTTistes. Le premier, 16 ans debout sur les pédales, craque à notre niveau, mais nous avoue être capable de monter à 195 pulsations/minutes… c’est beau d’être jeune ! Mais là n’est pas notre leçon. Car deux cents mètres plus loin, suivait… le grand-père de 65 ans (pas si vieux que ça !) VTT à la main et sueur sur le front. Un super VTT de compétition pour le pépé. Une petite discussion nous laisse découvrir qu’il vient d’Aix en Provence et surtout qu’il a des mollets à faire pâlir Amstrong (sans EPO). Voilà en quoi le Tour du Mont-Blanc est une fabuleuse expérience du sport.

Profitant de ma forme du jour, je me lâche un peu sur la descente en direction de La Fouly que nous atTMB En arrivant à La Foulyteignons un peu avant midi après quelques kilomètre de marche sur une route. Juste le temps d’une pause sandwich et de sauter dans un bus postal pour rejoindre Champex Le Lac. Je ne connaissais pas ce village et son lac. Le soleil baignait la terrasse du petit hôtel du Club Alpin où nous avons pu apprécier une bonne bière avant de retrouver quelques amis venus nous rejoindre pour la dernière étape. Aujourd’hui, nous aurons marché un peu plus de 5h compte tenu du fait que nous avons pris le bus. Comptez au moins trois de plus si vous choisissez de tout faire à pied… et là, a voir la mine de ceux qui l’ont fait c’est une longue étape !

Analytics