9.7.05

Tour du Mont-Blanc J2- Les Contamines>Col de la Croix du Bonhomme (2483M)

La pluie a cessé pendant la nuit, mais les nuages sont encore là ce matin. Nous allons donc attaquer les choses sérieuses avec une montée de 1119 m jusqu’au Col du Bonhomme et refuge du même nom. Le temps d’une photo de la chapelle initialement construite au XIIème siècle au fonds de ce vallon, je me demande comment le clergé de l’époque opérait pour mobiliser les fonds et les forces nécessaires pour construire de tels édifices au milieu de nulle part.


Oubliant cette période d’évangélisation intense des pays de Savoie, nous nous prêtons à rêver d’Anibal dès le départ de la voie romaine. Car nous suivons les traces des romains qui empruntaient cette route du sel le long du tumultueux torrent du Bon Nant. Le rythme cardiaque s’accélère immédiatement car la pente est raide au début. Celle-ci nous emmènera jusqu’au chalet-hôtel du Nant-Borrant (1460m).

Le chemin devient ensuite beaucoup aisé, jusqu’au dernier névé avant la dernière côte qui nous permettra de déboucher au col du Bonhomme balayé par le vent. Les nuages sont toujours là. Dans une certaine mesure je les apprécie car ils contribuent à faire baisser la température et je m’en porte que mieux pour tirer mes 95kg (plus le sac) sur ces sommets.

Petit détail technique, je marche avec un cardiomètre afin de pouvoir être en mesure de réguler mon rythme cardiaque et surtout éviter de me mettre dans le rouge. A 56 ans, je ne dois en théorie pas dépasser 144 pulsations minutes faute d’engendrer une fatigue excessive. Alors dès que j’atteins ce niveau, il suffit que je ralentisse un peu. Mais dans les montées que cela soit à pieds ou en vélo, j’ai l’impression que mon corps ressemble à un boulet ou une ancre marine qui me colle au sol. Autant vous dire que je suis arrivé au sommet du col à 145. Pour cette première étape de montée nous étions dans les temps annoncés par les panneaux. Temps en général callés sur une capacité de montée de 300m/heure. Nous reviendrons sur ces données.
Demain sera autre chose !...
Enregistrer un commentaire

Analytics